Cannabidiol ou CBD : emplois et effets secondaires

La suspension de l’interdiction de la vente de fleurs et de feuilles brutes de CBD décidée par le gouvernement français en décembre 2021 par décision du Conseil d’État du 24 janvier 2022 rouvre le débat sur l’utilisation et les effets secondaires de cette substance active de type cannabinoïde de la plante de chanvre. Mais qu’en est-il réellement ? Découverte.

A propos de l’utilisation du CBD

L’utilisation du CBD, bien que rendue légale, suscite des interrogations quant à ses effets sur la santé. Puisqu’il est dérivé de la plante chanvre, ces interrogations sont légitimes. Mais l’utilisation du CBD a bien ses propriétés, pour en savoir plus, cliquez ici. Vendu dans les boutiques, le CBD n’a pas des propriétés médicales. Il est souvent utilisé pour se détendre, s’apaiser, être moins stressé, en cas de problème de sommeil et pour mieux supporter les douleurs. Ainsi, il est classé dans les produits de bien-être et est souvent utilisé comme ingrédient dans les produits cosmétiques avec une teneur en THC inférieure à 0,3%. Cependant, les produits contenant du CBD ne peuvent, sous peine de sanctions pénales, revendiquer des allégations thérapeutiques, à moins qu’ils n’aient été autorisés comme médicaments. Sa consommation peut toutefois avoir des effets psychoactifs, de sédation et de somnolence.

Peut-on dépendre du CBD ?

Le CBD est moins fort que le cannabis. Il est extrait d’une variété de chanvre qui, pour être cultivée en France, doit contenir moins de 0, 3% de THC. Contrairement au cannabis qui a une forte dose en THC, le CBD n’est pas un stupéfiant dont il faut se méfier bien qu’il provoque des effets psychoactifs. Il faut retenir aussi qu’il n’y a pas de contre-indication pour les produits de bien-être à base du CBD mis à part les additifs qu’on ajoute à ces produits. Mais le CBD peut interagir avec certains médicaments de types antiépileptiques, anticoagulants, immunosuppresseurs ou de la méthadone.